On ne badine pas avec le travail des certificateurs!

On ne badine pas avec le travail des certificateurs!

Pour obtenir la certification biologique de ses produits, une entreprise doit déposer une demande de certification en bonne et due forme auprès d’un organisme de certification indépendant, comme Ecocert et Québec Vrai.

Cette demande marque le début d’un processus rigoureux qui comprend une évaluation documentaire concernant les intrants utilisés, les normes d’étiquetage et les recettes des produits, s’il y a lieu.

Par la suite, la procédure de certification exige une inspection annuelle de tous les champs, ainsi que de toutes les installations et équipements utilisés dans les activités agricoles ou de transformation alimentaire.

De plus, des prélèvements de sols et de produits agricoles sont faits pour veiller à ce que les entreprises respectent les exigences des normes biologiques en vigueur.

Pour bien remplir ce travail important, les organismes de certification mandatent des inspecteurs qui font des visites annuelles et des « visites surprises » dans chaque entreprise dont les produits sont déjà certifiés ou en voie de l’être.

Ces inspecteurs deviennent ainsi les yeux et les oreilles des certificateurs et des consommateurs pour s’assurer que les entreprises respectent l’application des normes obligatoires qui ont cours dans l’industrie biologique.

C’est seulement après avoir reçu la confirmation du respect de ces exigences que le certificateur émet un certificat de conformité, accompagné d’une licence permettant à l’entreprise d’utiliser la marque du certificateur et la mention « biologique » sur ses produits.


Lisez la série complète


Dans tous les cas, si un inspecteur décèle des irrégularités, il en fait rapport au certificateur qui décerne un avis de non-conformité à l’entreprise, assorti d’une période de temps pour s’y conformer.

Si l’entreprise n’est pas en mesure de se conformer à cet avis, la certification bio de ses produits pourra soit être suspendue ou retirée, en fonction de la gravité de la non-conformité.

Ainsi, les consommateurs peuvent dormir tranquilles, car la certification des produits biologiques repose sur un processus rigoureux de vérification et de surveillance qui est digne de confiance.

Le bio d’ici, ça vaut le coût! Et… on peut s’y fier!

Prochain article de la série: On ne badine pas avec le cahier des normes biologiques!

Article précédent: On ne badine pas avec la certification biologique!

Pour lire tous les articles de cette série