On ne badine pas avec le cahier des normes biologiques!

On ne badine pas avec le cahier des normes biologiques!

Le «cahier des normes biologiques» est souvent cité quand on parle de la certification bio. Que contient-il donc et à quoi sert-il?

Tout d’abord, il faut savoir que le cahier des normes bio est la référence par excellence pour les acteurs du bio.

Pour qu’une entreprise puisse faire certifier ses produits, elle doit appliquer rigoureusement les exigences des normes et les certificateurs sont là pour faire les vérifications nécessaires.

Les normes biologiques en vigueur au Québec ont été mises en place pour assurer le développement d’exploitations durables et respectueuses de l’environnement.

Elles permettent d’avoir un mode de production et de transformation qui vise à maximiser la productivité tout en favorisant la santé du sol, des végétaux, des animaux et des êtres humains, sur la base des quatre grands principes suivants :

Le principe de santé – L’agriculture biologique doit soutenir et améliorer la santé des sols, des plantes, des animaux, des hommes et de la planète.

Le principe d’écologie – L’agriculture biologique doit être basée sur les cycles et les systèmes écologiques vivants, s’accorder avec eux, les imiter et les aider à se maintenir.

Le principe d’équité – L’agriculture biologique doit se construire sur des relations qui assurent l’équité par rapport à l’environnement commun.

Le principe de précaution – L’agriculture biologique doit être conduite de manière prudente et responsable afin de protéger la santé et le bien-être des générations actuelles et futures.


Lisez la série complète


Le cahier des normes comprend deux grandes sections : la norme de gestion qui régit les pratiques agricoles des entreprises du secteur biologique et la liste des substances permises dans les systèmes de production biologique.

Concrètement, la production et la transformation d’aliments biologiques s’appuient sur un ensemble de techniques qui excluent, entre autres, le recours aux pesticides et aux engrais chimiques de synthèse, aux organismes génétiquement modifiés (OGM), aux antibiotiques et aux hormones de croissance, à l’irradiation ainsi qu’aux agents de conservation chimiques.

La crédibilité du cahier des normes biologiques repose sur le travail en continu de plusieurs comités d’experts indépendants, autant en production animale que végétale.

Le but commun de tous : faire en sorte qu’il y ait le moins de contaminants possible dans l’environnement et, par conséquent, dans les aliments.

Le normes bio, on peut s’y fier! Le bio d’ici, ça vaut le coût!

Prochain article de la série: On ne badine pas avec la transformation alimentaire biologique!

Article précédent: On ne badine pas avec le travail des certificateurs

Pour lire tous les articles de cette série