NOUVELLES

Amazon et Whole Foods

Amazon achète Whole Foods pour 13,7 milliards $. Doit-on penser au bio en ligne?

Amazon, un des sites transactionnels parmi les plus importants au monde, investit une somme considérable dans l’acquisition de la chaîne Whole Foods, une firme déjà reconnue dans la vente au détail de produits biologiques aux États-Unis, en Europe et au Canada. Une si grosse transaction entre un géant de la vente en ligne et un géant de l’alimentation bio a de quoi faire réfléchir.

Premièrement, pour ceux qui en doutaient encore, cette transaction donne un signal « clair » de l’intérêt croissant des intervenants de la vente au détail pour les aliments biologiques. Ces gens d’affaires l’ont compris, on assiste bel et bien à un mouvement de société vers une alimentation plus saine. Selon Jeff Bezoz, le patron d’Amazon, « des millions de personnes aiment Whole Foods Market parce qu’ils proposent la meilleure nourriture naturelle et bio et qu’ils font de la saine nutrition quelque chose de divertissant ».

Rappelons que la chaîne Whole Foods exploite 465 magasins répartis majoritairement aux États-Unis mais aussi en Grande-Bretagne. Onze magasins sont localisés au Canada, mais aucun n’a encore pignon sur rue au Québec.

Que signifie cette transaction pour le secteur biologique du Québec? Ça sonne sans doute comme une nouvelle intéressante pour les entreprises exportatrices de sirop d’érable, de canneberges, de grains moulus et de bleuets biologiques, puisque leurs principaux marchés se trouvent déjà aux États-Unis et au Canada. Par celle alliance, leurs produits seront plus accessibles que jamais pour les consommateurs, ce qui devrait se traduire par des ventes supplémentaires.

En ce qui concerne les secteurs de la distribution et du détail, cette transaction risque de bousculer les façons de faire habituelles. Le signal est clair : avec Amazon dans le portrait, le bio en ligne, c’est probablement pour demain. Et… le bio d’ici doit déjà en tenir compte!

Devant une telle éventualité, les entreprises de la distribution et du détail doivent renforcer leur positionnement au Québec. Pour cela, ils doivent miser sur deux atouts : valoriser une plus grande variété de produits québécois bio et les rendre plus accessibles aux consommateurs du Québec qui en sont friands. C’est désormais sur ce terrain que la partie va se jouer!

Dans ce contexte, la campagne de promotion Le Bio d’ici, ça vaut le coût !, commanditée par le gouvernement du Québec, devrait stimuler le goût des Québécois pour des produits bio d’ici, afin qu’ils s’engagent à en consommer de façon régulière.

Sources:

Le Devoir, lundi 19 juin 2017, Amazon achète les épiceries bio Whole Foods pour 13,7 milliards

Les Affaires, vendredi le 16 juin 2017, Amazon avale la chaîne de supermarchés Whole Foods

 

 

 

 

0
0
environnement

Pas de pollution liée aux pesticides avec l’agriculture bio!

Les Suisses l’ont bien compris : les pesticides causent des dommages importants à l’environnement et nuisent à la qualité des aliments ! Un sondage réalisé dans ce pays indique une prise de conscience grandissante envers les problèmes causés par les pesticides à la fois sur l’environnement, notre bien commun le plus précieux sur le plan collectif et, par ricochet, sur la santé des individus. Ce sondage a de quoi réjouir la communauté bio suisse, puisqu’il démontre un penchant favorable vers l’agriculture biologique comme solution au problème des pesticides dans l’environnement.

Au Québec, même son de cloche en faveur du bio. Il faut dire que le cahier des charges auquel doivent se soumettre les agriculteurs biologiques est très strict à l’égard des pesticides : on interdit purement et simplement leur  utilisation. De plus, des vérifications faites par un organisme indépendant donnent une bonne garantie aux consommateurs à cet égard. L’encadrement réglementaire public en vigueur assure les consommateurs québécois que l’achat de produits biologiques leur offre la meilleure option lorsqu’il s’agit de diminuer l’exposition aux pesticides dans leur alimentation.

Par ailleurs, un sondage, mené en 2017 auprès de 732 personnes par la Filière biologique du Québec, indique que 95 % des répondants sont d’avis que le gouvernement devrait soutenir davantage le secteur des aliments biologiques, alors que, pour sa part, le sondage suisse révèle que près de la moitié des répondants souhaitent que les subventions de l’État soient limitées uniquement à l’agriculture biologique.

Chaque fois que vous consommez des aliments bio d’ici, vous votez en faveur d’un meilleur environnement pour vous, vos enfants et votre communauté et vous faites la démonstration, une fois de plus, que le bio d’ici, ça vaut le coût !

Pour plus de détails sur le sondage suisse, cliquez sur le lien ci-dessous.

 

Source : 24 heures, Les Suisses veulent limiter les pesticides, lundi 5 juin 2017.

0
0
Magasin

Manger du bio d’ici, est-ce que ça vaut vraiment le coup?

Plusieurs personnes se posent encore cette question : « Est-ce que ça vaut vraiment le coup de manger bio? Est-ce que faire l’effort financier supplémentaire pour accéder à une alimentation bio d’ici, ça vaut vraiment le coût? »

 

La plus-value environnementale comprise dans le coût des aliments bio est certes la plus reconnue à l’échelle internationale. En utilisant des bonnes pratiques culturales et des façons de faire qui assurent le respect et la protection de l’environnement, les artisans du biologique évitent de refiler aux générations futures des coûts importants liés à la dégradation de l’environnement.

 

La plus-value liée à la santé prend également de plus en plus d’importance. Pas d’utilisation d’engrais chimiques, de pesticides, d’hormones de croissance, d’OGM et d’agents de conservation pour diminuer radicalement l’exposition à différentes sources de contaminants! Encore là, l’achat de produits bio constitue une attitude de consommation préventive et responsable qui permet d’éviter bien des ennuis de santé et de diminuer collectivement les coûts de santé.

 

De plus, consommer du bio d’ici, c’est participer à un mouvement communautaire pour stimuler la création et le maintien d’emplois de chez nous, tout en favorisant l’achat de produits de saison, souvent meilleurs pour la santé et même pour le porte-monnaie. En prime, acheter du bio d’ici ajoute aux bienfaits environnementaux en réduisant l’émission de gaz à effet de serre liés au transport.

 

Si on ajoute comme plus-value supplémentaire le souci du bien-être animal, on vient encore d’augmenter la plus-value du bio! Qui d’entre nous n’est pas sensible à l’importance de bien traiter les animaux sur la ferme, de leur offrir la meilleure alimentation et des espaces adéquats pour leur bien-être?

 

En somme, manger bio d’ici, oui, ça vaut le coût! Pour moi et pour ma communauté.

 

La blogueuse Mara Hanna-Desjardins traite plus en détail dans son article des bienfaits du bio et, plus particulièrement, du bio d’ici. Lisez-le et partagez avec nous vos raisons d’acheter et de manger des aliments bio locaux.

 

Source : Blond Story, Manger bio, est-ce que ça vaut le coût?, 23 mai 2017.

 

 

 

0
0
Bien manger

Les aliments bio d’ici : à votre portée!

Faire le choix de s’alimenter avec des produits frais, bio et locaux peut s’inscrire comme une priorité santé, même avec un budget limité.  Il s’agit de bien s’organiser en mettant sa créativité à profit.

 

C’est prouvé, c’est possible de consommer des aliments bio d’ici, si on le désire, tout en tenant compte de ses moyens financiers. Cela exige toutefois de bien s’informer, de cuisiner davantage, de faire des achats regroupés (comme avec les paniers bio), de consommer davantage de produits « de saison », de conserver tout ce qui peut l’être, de profiter des rabais et d’éviter le gaspillage des aliments.

 

Compliqué? Mais non, tout simplement de bonnes habitudes à prendre. Demandez des conseils à vos amis qui le font déjà, ils vous aideront à bien planifier vos achats. Il existe une foule de petits trucs qui permettent de manger des produits frais et bio, sans que cela ne grève votre budget. En prime, vous prendrez soin de votre santé, vous mangerez sans culpabilité, vous protégerez votre environnement et vous participerez à l’essor de votre économie locale!

 

Et si vous avez, vous aussi, des trucs à partager avec nous pour aider la communauté bio à bien s’alimenter avec un budget raisonnable, nous vous invitons à le faire!

 

Cliquez sur le lien ci-dessous pour lire l’article d’Isis Gagnon Grenier. Vous y trouverez aussi de très bonnes pistes pour orienter vos prochains achats alimentaires bio.

Le bio, ça se cuisine, ça se conserve et ça se partage!

 

Source : Isis Gagnon-Grenier, 5 conseils pour réduire sa facture alimentaire, 1er mai 2015

 

0
0