INEWA

4783, boul. Couture, St-Léonard, Québec, H1R 3H7

CETAB+

475, rue Notre-Dame Est, Victoriaville
Québec, G6P 4B3

QUI SOMMES-NOUS

Le Centre d’expertise et de transfert en agriculture biologique et de proximité (CETAB+) a été créé en 2010 au Cégep de Victoriaville. Il comblait alors un grand vide dans le soutien au secteur québécois de l’agriculture biologique. Aujourd’hui, recherche appliquée, transferts de technologies et conférences sont au cœur des activités du Centre.

« Nous voulons développer l’agriculture biologique et contribuer à la prospérité des entreprises du secteur. Notre mission est aussi de favoriser les systèmes agroalimentaires de proximité bénéfiques pour les entreprises et la société, » explique Jean Duval, directeur du CETAB+. Collaboration, écoresponsabilité, esprit d’équipe, innovation et professionnalisme sont les valeurs sur lesquelles s’appuie ce centre collégial de transfert de technologie.

  • Intolérance aux FODMAPs
  • Maladie cœliaque
  • Intolérance au gluten
  • Allergie au blé
  • Intolérance au blé moderne
  • Intolérance à la levure

NOTRE MISSION & VALEURS

Des actions concrètes

Une grande part des activités du CETAB+ sont directement au service des entreprises de la filière agricole qui produisent ou veulent produire en mode biologique. Des conseillers sont là pour accompagner les entreprises dans leur démarche de certification ou pour donner des conseils concernant la protection des cultures, la protection des sols, la fertilisation et autres. Ils font des plans d’intervention pour augmenter la performance des entreprises.

 

« La recherche appliquée est une autre facette des actions du CETAB+. Elle se fait de deux façons: directement dans des entreprises agricoles, en collaboration avec les professionnels, ou plus formellement dans des sites expérimentaux, par exemple dans un verger expérimental ici au Cégep. » précise Jean Duval.

 

Le centre s’adresse prioritairement aux professionnels, mais il organise également des manifestations grand public, comme des journées de démonstration ou des colloques et diffuse de l’information par des infolettres ou la Biopresse. De plus, le CETAB+ offre de la formation continue aux producteurs ou aspirants producteurs biologiques.

Au service des générations futures

« Consommer biologique est avant tout un geste pour les générations futures. De nombreuses études confirment que ce type de production pollue moins et utilise mieux les ressources disponibles. » Jean Duval est également convaincu que consommer biologique est un atout pour la santé. « Nous sommes au bout de la chaîne alimentaire; moins de contaminants, moins de métaux lourds ou encore moins de résidus de pesticides dans les produits que nous consommons ne peuvent que favoriser une bonne santé. L’aspect social est tout aussi fondamental. Le mode de production biologique est plus équitable, plus éthique. »

 

La recherche permet de résoudre de plus en plus de problèmes concrets auxquels doivent faire face les producteurs biologiques. « Il faut avoir un esprit tourné vers l’innovation lorsque les solutions proposées par l’industrie agrochimique ne peuvent être utilisées » ajoute encore Jean Duval.

 

L’agronome illustre ses propos : « La lutte contre les mauvaises herbes constitue présentement un enjeu majeur. Des façons de faire nouvelles sont proposées en recherche pour lutter contre la prolifération du laiteron vivace, du chardon ou du chiendent dans les grandes cultures. Rotation des cultures, travaux de printemps, implantation plus tardive et autres moyens plus physiques permettent une bonne maîtrise de ces mauvaises herbes. Dans la production horticole, l’utilisation de filets contre les insectes ravageurs offre une nouvelle option de lutte qui trouve sans cesse de nouvelles applications. Le CETAB+ contribue grandement à ces avancées qui proposent de nouvelles solutions mieux en accord avec la nature. ».