Le BIO d’ici: on en veut, on en achète, on en consomme!

Les Québécois veulent des produits bio! En moyenne depuis 10 ans, 10 % de nouveaux consommateurs font le choix du bio.

 

Les Québécois achètent des produits bio! Leurs intentions d’achat sont claires : 39 % d’entre eux comptent augmenter leur consommation de ces produits alors que 60 % entendent maintenir leur consommation actuelle.

 

Les Québécois consomment des produits bio! Près de 60 % des consommateurs de ce type de produits en achètent déjà sur une base hebdomadaire, avec un taux élevé de fidélisation.

 

Dans ce contexte, les produits bio d’ici ont la faveur des consommateurs qui peuvent déguster une grande variété de produits de qualité, avec l’avantage de la proximité. En effet, le nombre de produits bio québécois est passé de 4 000 en 2010 à 8 900 en 2017, ce qui représente la plus forte augmentation dans le secteur de l’alimentation pour cette période.

Sondage 2017 sur la consommation bio

au Québec

Part de la population québécoise qui consomme bio0

Part des consommateurs bio qui s'alimentent bio sur une base quotidienne0

Part de nouveaux consommateurs bio en 20160

Part des consommateurs bio influencés par l'aspect santé des aliments0

Part des consommateurs bio influencés par le goût des aliments0

Avantages du bio d’ici

Avantages par catégorie de produits

Chacune des cinq grandes catégories de produits biologiques présente des avantages particuliers. Découvrez-les !

 Le bio d’ici, ça vaut le coût ! Pour l’environnement

Non-usage de pesticides et d’engrais chimiques de synthèse - moins de rejets polluants dans l'environnement.

Utilisation de composts - diminution des risques de lessivage des éléments fertilisants et préservation de la qualité des cours d'eau.

Pratique de rotations obligatoires des cultures - amélioration de la vitalité des sols.

Bonne pratique de gestion des fumiers des troupeaux - moins de contaminants dans les sols et dans l'eau.

Utilisation des amendements organiques provenant des élevages en fonction des besoins des plantes - réduction significative des rejets dans l'environnement.

Non-usage d’hormones dans les élevages - préservation de la qualité de la vie aquatique.

Non-usage de pesticides et d’engrais chimiques de synthèse - moins de rejets polluants dans l'environnement.

Non-usage de semences génétiquement modifiées - garantie du principe de précaution environnementale au regard des cultures GM.

Utilisation de techniques agricoles innovantes de sarclage et de désherbage - diminution importante des risques d'érosion.

Bonne pratique de gestion des fumiers des troupeaux - diminution importante de contaminants dans les sols et dans l'eau.

Régie de fertilisation à base organique - augmentation de la fertilité des sols et de leur activité biologique.

Pratique de rotation des cultures - amélioration de la vitalité des sols.

Maintien de la diversité des espèces végétales dans les érablières - protection du patrimoine forestier.

Contrôle du nombre d'entailles par érable - meilleure garantie de la longévité et de la santé des arbres.

Utilisation de détergents et de soudures répondant à des exigences sanitaires élevées - diminution des résidus toxiques dans l'environnement.

Le bio d’ici, ça vaut le coût ! Pour la santé

Non-utilisation de pesticides et d'herbicides dans les champs.

Utilisation de produits non-toxiques pour lutter contre les ennemis des cultures.

Non-usage de colorants et d’agents de conservation de synthèse dans les fruits et légumes transformés.

Non-usage d'antibiotiques dans les soins de santé pour les animaux.

Non-usage d'hormones de croissance.

Non-utilisation d’agents de conservation et de colorants synthétiques dans les aliments transformés ( poulet, jambon, saucisses et autres).

Non-utilisation de pesticides et d'herbicides dans les cultures.

Interdiction d'utilisation de semences génétiquement modifiées.

Non-utilisation de colorants et d’agent de conservation de synthèse dans les farines et les pâtes alimentaires.

Non-usage d'hormones de synthèse.

Usage de fourrages et de grains bio dans l’alimentation des animaux.

Non-utilisation d’agents de conservation et de colorants synthétiques dans les produits laitiers transformés.

Non-utilisation de produits nocifs pour le nettoyage et la désinfection des équipements.

Utilisation de détergents et de soudures répondant à des exigences sanitaires élevées.

Non-utilisation d’agents de conservation et de colorants synthétiques.

Le bio d’ici, ça vaut le coût ! Pour l’économie locale

Présence d'entreprises dans la majorité des régions du Québec et intérêt croissant de la part de la relève agricole - contribution active à la création d'emplois en région.

Positionnement du Québec comme premier producteur mondial des produits issus de la canneberge et du bleuet biologiques - source de création d'emplois spécialisés.

Utilisation de réseaux courts de distribution - contribution supplémentaire aux revenus des petites entreprises.

Grande diversité de produits frais et congelés dans plusieurs points de vente spécialisés sur le territoire québécois - stimule l'achat de viandes bio d'ici.

Approvisionnement de plusieurs grands restaurants en viandes biologiques - augmentation de la notoriété des produits.

Plus de 80 entreprises québécoises offrent une grande variété de produit - meilleure occupation du territoire.

Forte valeur ajoutée des produits à base de grains - amélioration des revenus des entreprises.

Présence d’entreprises de transformation innovantes de calibre international - création d'emplois spécialisés.

Adoption de la farine biologique par de nombreux boulangers québécois - création d'une plus-value pour ce type d'entreprise.

Présence de 110 fermes laitières biologiques au Québec - source d'innovation pour toutes les entreprises laitières.

Production québécoise de 44 millions de litres de lait biologique - 40 % des volumes de lait biologique canadien.

Reconnaissance dans des concours internationaux de la qualité de plusieurs produits laitiers bio québécois - positionnement avantageux de plusieurs entreprises de transformation sur le marché canadien.

Intérêt des entreprises acéricoles pour la certification bio - positionnement du Québec comme premier producteur mondial des produits de l’érable biologiques.

Présence sur le territoire québécois de plus de 450 entreprises - offre diversifiée de produits de l'érable bio.

Forte demande mondiale pour des produits de l'érable bio - plus-value de ce type de produits pour les entreprises d'ici.

Le bio d’ici, ça vaut le coût ! Pour l’environnement, la santé et l’économie locale

Les fruits et légumes bio d’ici, ça vaut le coût! Pour l’environnement

  • Non-usage de pesticides et d’engrais chimiques de synthèse – moins de rejets polluants dans l’environnement.

 

Les fruits et légumes bio d’ici, ça vaut le coût! Pour la santé

  • Non-utilisation de pesticides et d’herbicides dans les champs – diminution des risques de développement de troubles de déficit d’attention chez les enfants.

 

Les fruits et légumes bio d’ici, ça vaut le coût! Pour l’économie locale

  • Présence d’entreprises dans la majorité des régions du Québec et intérêt croissant de la part de la relève agricole – contribution active à la création d’emplois en région.

Les viandes bio d’ici, ça vaut le coût! Pour l’environnement

  • Bonne pratique de gestion des fumiers des troupeaux – moins de contaminants dans les sols et dans l’eau.

 

Les viandes bio d’ici, ça vaut le coût! Pour la santé

  • Non-usage d’antibiotiques dans les soins de santé pour les animaux – diminution du développement chez les être humains de souches de bactéries résistantes aux antibiotiques.

 

Les viandes bio d’ici, ça vaut le coût! Pour l’économie locale

  • Grande diversité de produits frais et congelés dans plusieurs points de vente spécialisés sur le territoire québécois – stimule l’achat de viandes bio d’ici.

Les grains bio d’ici, ça vaut le coût! Pour l’environnement

  • Non-usage de pesticides et d’engrais chimiques de synthèse – moins de rejets polluants dans l’environnement.

 

Les grains bio d’ici, ça vaut le coût! Pour la santé

  • Non-utilisation de pesticides et d’herbicides dans les cultures – diminution des risques de développement de troubles de déficit d’attention chez les enfants.

 

Les grains bio d’ici, ça vaut le coût! Pour l’économie locale

  • Forte valeur ajoutée des produits à base de grains – amélioration des revenus des entreprises.

Les produits laitiers bio d’ici, ça vaut le coût! Pour l’environnement

  • Bonne pratique de gestion des fumiers des troupeaux – diminution importante de contaminants dans les sols et dans l’eau.

 

Les produits laitiers bio d’ici, ça vaut le coût! Pour la santé

  • Non-usage d’hormones de croissance – réduction des effets endocriniens, immunologiques, neurobiologiques et immunotoxiques.

 

Les produits laitiers bio d’ici, ça vaut le coût! Pour l’économie locale

  • Présence de 110 fermes laitières biologiques au Québec – source d’innovation pour toutes les entreprises laitières.

Les produits de l’érable bio d’ici, ça vaut le coût! Pour l’environnement

  • Maintien de la diversité des espèces végétales dans les érablières – protection du patrimoine forestier.
  • Contrôle du nombre d’entailles par érable – meilleure garantie de la longévité et de la santé des arbres.
  • Utilisation de détergents et de soudures répondant à des exigences sanitaires élevées – diminution des résidus toxiques dans l’environnement

 

Les produits d’érable bio d’ici, ça vaut le coût! Pour la santé

  • Non-utilisation de produits nocifs pour le nettoyage et la désinfection des équipements – diminution de l’exposition à des produits toxiques.

 

Les produits de l’érable bio d’ici, ça vaut le coût! Pour l’économie locale

  • Intérêt des entreprises acéricoles pour la certification bio – positionnement du Québec comme premier producteur mondial des produits de l’érable biologiques.