De nombreuses fermes américaines se tournent vers le bio!

De nombreuses fermes américaines se tournent vers le bio!

Le Service des statistiques agricoles de l’United States Department of Agriculture (USDA) vient tout juste d’annoncer une hausse des ventes de produits bio à la ferme de 23 % pour l’année 2015-2016. La Californie se classe bien entendu bonne première à ce chapitre, suivie des États de la Pennsylvanie et de Washington. Cette progression rapide du bio aux États-Unis est reçue comme une bonne nouvelle non seulement pour les acteurs américains du bio mais pour tous les consommateurs qui partagent les valeurs de base de ce type de production. En effet, il s’agit d’une confirmation à l’effet que le bio est devenu, au fil du temps et de plusieurs facteurs, un mode de vie basé sur des valeurs de préservation de l’environnement et de prévention en santé.

Les statistiques du USDA analysées par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ) indiquent aussi que le nombre de fermes qui se consacrent à l’agriculture bio, ainsi que le nombre d’acres consacrés à la culture bio ne cessent de croître aux États-Unis. Encore là, la Californie se distingue en englobant un cinquième (20 %) de toutes ces superficies, soit un million d’acres sur les cinq millions en cultures bio. Toutefois, c’est en Pennsylvanie que la production bio a le poids le plus élevé, puisque plus d’un dollar sur dix des ventes agricoles de cet État provient déjà de la production biologique. Suivent les deux autres États de la Côte Ouest que sont l’Oregon et l’état de Washington dont les croissances sont dignes de mention.

Et chez nous, qu’en est-il? Eh bien, l’année 2017 a démontré, sans l’ombre d’un doute, que le bio faisait maintenant partie de l’ADN des Québécois! D’une part, le nombre d’entreprises détenant une certification biologique a connu une augmentation record de 27 % , passant de 1 592 à 2 025 en une seule année et, d’autre part, le nombre de produits bio d’ici a augmenté de 21 % en deux ans, passant de 7 500 à plus de 9 500 produits.

Donc, une avancée sur le plan de l’offre alimentaire qui confirme l’intérêt croissant des entreprises à vouloir satisfaire les consommateurs québécois désireux de se procurer toujours plus de produits bio et qui expriment clairement leur préférence pour ceux qui proviennent d’ici! Demande des consommateurs et intérêt des producteurs, transformateurs et détaillants se conjuguent autour de valeurs communes pour faire du bio d’ici un vecteur de développement important sur les plans économique, environnemental et social.

Source : BioClips 25 ans, Actualité alimentaire, Vol. 26, n° 17, 15 mai 2018, Stéphanie Keable, MAPAQ, Direction de la planification, des politiques et des études économiques.