Le bio d’ailleurs

Le bio local en vedette à Copenhague

Alors que la plupart des sociétés nord-américaines peinent encore à donner au bio local une place prépondérante dans leurs politiques d’achat publiques, la ville de Copenhague a réussi l’exploit d’offrir des repas à 90 % biologiques dans les cuisines publiques, et ce en moins de 10 ans.

L’équipe de l’émission L’Épicerie a pris le temps de se rendre sur place pour faire un vrai reportage sur un choix de société responsable, basé sur une vision santé, environnementale et écologique, toujours à saveur locale. Ce reportage démontre que oui, c’est possible de progresser vers une alimentation bioresponsable, en autant qu’il y ait une véritable concertation des acteurs des différents secteurs visés et une volonté ferme des élus de mettre en place des actions concrètes, sur un horizon prolongé.

LIRE LA SUITE

restaurant-bio

Du soutien pour la restauration collective bio française

En France, la restauration collective bio bénéficie d’un soutien gouvernemental. Selon un bilan déposé en 2017,  57 % des établissements publics du secteur scolaire, du secteur du travail et du secteur de la santé et du social auraient offert des aliments bio à leurs diverses clientèles. Toutefois, même si ces données semblent bien intéressantes, les aliments bio ne représenteraient encore que 3 % du total des achats alimentaires dans ces établissements.

Le programme Ambition bio 2017, présenté fin mai 2013 par le gouvernement français, a sûrement contribué à l’atteinte de ces résultats. L’objectif de ce programme était de doubler la part de surfaces en bio pour la fin de l’année 2017 et de développer la consommation des produits bio. Il reste du travail à faire pour atteindre cet objectif « ambitieux », mais il semble que la volonté politique soit là, selon une annonce faite pendant la campagne présidentielle d’Emmanuel Macron.LIRE LA SUITE

Amazon et Whole Foods

Amazon achète Whole Foods pour 13,7 milliards $. Doit-on penser au bio en ligne?

Amazon, un des sites transactionnels parmi les plus importants au monde, investit une somme considérable dans l’acquisition de la chaîne Whole Foods, une firme déjà reconnue dans la vente au détail de produits biologiques aux États-Unis, en Europe et au Canada. Une si grosse transaction entre un géant de la vente en ligne et un géant de l’alimentation bio a de quoi faire réfléchir.

Premièrement, pour ceux qui en doutaient encore, cette transaction donne un signal « clair » de l’intérêt croissant des intervenants de la vente au détail pour les aliments biologiques. Ces gens d’affaires l’ont compris, on assiste bel et bien à un mouvement de société vers une alimentation plus saine. Selon Jeff Bezoz, le patron d’Amazon, « des millions de personnes aiment Whole Foods Market parce qu’ils proposent la meilleure nourriture naturelle et bio et qu’ils font de la saine nutrition quelque chose de divertissant ».LIRE LA SUITE

L’agriculture bio: une voie de solution pour l’environnement!

Les Suisses l’ont bien compris : les pesticides de synthèse causent des dommages importants à l’environnement et nuisent à la qualité des aliments ! Un sondage réalisé dans ce pays indique une prise de conscience grandissante envers les problèmes causés par les pesticides à la fois sur l’environnement, notre bien commun le plus précieux sur le plan collectif et, par ricochet, sur la santé des individus. Ce sondage a de quoi réjouir la communauté bio suisse, puisqu’il démontre un penchant favorable vers l’agriculture biologique comme solution au problème des pesticides dans l’environnement.LIRE LA SUITE