La Presse+

Tout sur le québec bio  !

Diminution de l’empreinte environnementale, saine alimentation, contribution à l’économie locale… Les avantages du bio d’ici attirent de plus en plus de Québécois. Mais ces derniers ont soif d’approfondir leurs connaissances dans le domaine. Pourquoi paie-t-on plus cher ? Quelles sont les normes bio ? Où trouver des infos sur les produits d’ici ?

LIRE LA SUITE

Des épiceries de quartier misent sur la santé

Près de 90 % des consommateurs québécois d’aliments bio font ce choix pour leur santé. Il n’est donc pas étonnant qu’ils se tournent vers les épiceries qui leur offrent la meilleure sélection de produits bio, surtout lorsqu’elles se trouvent dans leur quartier.

Bio par conviction

En 2011, 18 % des consommateurs disaient être influencés par leur entourage immédiat dans leurs décisions d’achat d’aliments bio. En 2017, ce pourcentage atteignait 62 %.

LIRE LA SUITE

Viandes biologiques : une certification de confiance

Comment être bien avec le contenu de notre assiette en 2017 ? Comment s’assurer de l’authenticité des aliments et de l’intégrité de normes de production répondant à nos valeurs ? Dans un univers où l’on assiste à la multiplication des allégations sur les aliments, la mention « biologique » apposée sur les produits nous rassure, car elle nous offre un ensemble de garanties sur les aliments que nous consommons.

Le bio : une certification fiable

L’appellation « biologique » est protégée au Québec. L’utilisation du mot biologique sur un produit est réglementée et contrôlée par un organisme indépendant. Elle demeure une valeur sûre sur les marchés, car la traçabilité est assurée de la ferme à l’assiette. La crédibilité de l’appellation est en effet basée sur l’application rigoureuse d’un cahier de normes qui encadre les pratiques agricoles permises et les substances qui peuvent être utilisées en bio.LIRE LA SUITE

Du bio d’ici sur les tablettes des magasins  !

De 2010 à 2017, le nombre de produits biologiques québécois a plus que doublé, passant de 4 000 à 8 900, ce qui représente une augmentation des plus remarquables. Pas étonnant alors que nous puissions les retrouver plus facilement sur les tablettes des magasins, même celles des supermarchés  !

Ainsi, chez IGA, l’offre locale de produits biologiques s’agrandit d’année en année. À titre d’exemple, l’approvisionnement local dans la catégorie des fruits et légumes bio faisait un bond de 72 % au cours de la dernière année. Que ce soit dans les rayons des fruits et légumes, ceux de la boucherie, des produits laitiers ou des produits secs, les aliments bio d’ici ont la cote.LIRE LA SUITE

Patientes canneberges

En plein cœur de notre belle province, des millions de petites baies se prélassent au soleil et poussent lentement au fil de l’été. Le fruit de ce long rituel nous fait cadeau des plus délicieuses canneberges.

L’éloge de la lenteur

Le territoire nordique et les sols acides et sablonneux de Notre-Dame-de-Lourdes sont inappropriés pour cultiver plusieurs types de plantes et d’arbres fruitiers. Mais, comme par magie, la canneberge y pousse allègrement. Il suffit de s’adapter à son rythme et de laisser le temps à la nature de bien faire les choses. Elle est d’ailleurs plutôt douée pour y parvenir  ! Résultat : des canneberges plus charnues et d’autant plus délicieuses au goût. De l’importance de les laisser pousser tout doucement.LIRE LA SUITE