Le bio d’ici n’a pas peur des hauteurs!

Le bio d’ici n’a pas peur des hauteurs!

Saviez-vous qu’un supermarché pouvait s’approvisionner en fruits et légumes bio directement sur son toit?

Les propriétaires du magasin IGA extra de l’arrondissement Saint-Laurent à Montréal nous prouvent que cela est possible. Aucun défi n’étant insurmontable pour la famille Duchemin, ils ont mené à terme un projet innovateur et ambitieux, qui a donné lieu au plus grand potager biologique sur un toit de supermarché au Canada.

Avec une surface de 25 000 pieds carrés et la présence de huit ruches d’abeilles, c’est un modèle du genre qui pourra sûrement servir d’inspiration pour d’autres entreprises. Encore une fois, le Québec peut être fier, car ce toit vert et écologique est unique au Canada. C’est un projet exceptionnel qui démontre bien la capacité d’innovation d’entrepreneurs à l’écoute des besoins de leur clientèle et en cohérence avec les valeurs de leur communauté.

Pourquoi aller chercher ailleurs ce qui peut pousser à proximité ? Le magasin d’alimentation pourra offrir une trentaine de variétés de fruits et légumes certifiés biologiques, cultivés en hauteur et remplis de saveur.

Richard Duchemin explique que, non seulement ce projet leur donne l’occasion de « cultiver leur passion pour la nourriture, mais également de le faire dans le plus grand souci de l’environnement. »

Pour mieux comprendre l’ampleur de ce beau projet, prenez le temps de visionner cette vidéo qui vous ravira et vous surprendra.

Source : IGA, juillet 2017, IGA présente le plus grand potager bio sur un toit de supermarché au pays

 

 

7 Commentaires
  • Pat

    27 août 2017 at 21 h 38 min Répondre

    Wow que les autres emboîtent le pas !!

  • Franchab

    12 septembre 2017 at 22 h 47 min Répondre

    Génial. J’adore les initiatives de ce genre! Comme nous pourrions nous autosuffire!

    • QuebecBio

      13 septembre 2017 at 7 h 19 min Répondre

      Merci de croire aux initiatives qui rendent les produits bio d’ici plus accessibles!

  • Céline Gauvin

    15 décembre 2017 at 10 h 14 min Répondre

    Bravo ! Pour cette magnifique initiative, le concept est sensé et génial.

    • QuebecBio

      15 décembre 2017 at 10 h 25 min Répondre

      Merci de votre appréciation!

  • Catherine

    31 décembre 2017 at 8 h 24 min Répondre

    La pollution de l’air , surtout à proximité d une rue passante comme on voit ça n affecte pas la qualité ?

    • QuebecBio

      31 décembre 2017 at 16 h 26 min Répondre

      Dans les milieux hautement pollués, tous les aliments risquent de subir des contaminations. Cependant, dans ces cas, quelle que soit la source de pollution, la norme biologique prescrit aux organismes de certification, comme Écocert et Québec Vrai, de conduire des vérifications plus poussées.

      Par exemple, s’il y a des risques liés à la circulation d’un grand nombre de véhicules motorisés, lors de l’inspection annuelle, un inspecteur prendra des échantillons de produits sur les parcelles cultivées et les fera analyser pour en évaluer les conséquences réelles sur les aliments.

      La norme biologique demande toujours au minimum 8 mètres de bande tampon lorsqu’un risque de contamination est identifié. Selon la nature du risque, cette distance pourra être plus grande. Par exemple, l’exigence d’une bande tampon sera plus grande aux abords d’une usine polluante.

Poster un commentaire