Le bio local : un choix idéal !

Selon M. Cyril Dion, coréalisateur du film Demain qui a connu un succès planétaire, la présente crise environnementale est sans précédent et nous donne un signal sur l’urgence d’agir. Il affirme qu’il est important que de plus en plus de personnes se mobilisent pour poser des gestes concrets et commencer à changer le monde, petit pas par petit pas. 

Du problème à la solution 

Il y aurait eu disparition de 50 % des vertébrés dans le monde au cours des 40 dernières années, de 80 % des insectes volants en Europe depuis 30 ans et de 30 % des oiseaux en Europe, également depuis 30 ans. 

Se mobiliser pour transformer une telle situation semble un incontournable. Agir dans tous les domaines d’activités devient donc une nécessité. 

Du « moins cher au plus écoresponsable » 

Au Québec, notre crédo alimentaire tourne depuis longtemps autour du « panier d’épicerie le moins cher ».  Ce récit d’autrefois peut devenir un piège et nous enfermer dans une fausse croyance à l’effet que « le produit le moins cher est toujours le meilleur choix ». 

Or, le récit d’aujourd’hui nous invite plutôt à intégrer des valeurs environnementales dans notre panier d’épicerie, ce qui exige de penser autrement pour s’alimenter différemment. Et, comme M. Dion le souligne, cest ainsi que nous pouvons enclencher de réels changements collectifs. 

Reconnaître et accepter la plus-value d’une agriculture biologique et locale, en autant que possible, c’est adopter un nouveau récit écoresponsable, plus actuel et plus en accord avec les nouvelles valeurs de la société. 

Pour un avenir de qualité 

Pour agir devant la menace de l’effondrement écologique, nous devons repenser et modifier notre façon de faire l’agriculture. 

Dans ce contexte, l’agriculture biologique peut contribuer significativement à un écosystème en santé, en privilégiant un système de rotation de cultures qui va générer un maximum de diversitéDe plus, la non-utilisation de pesticides, d’herbicides et d’engrais chimiques de synthèse contribue grandement à préserver la qualité des sols et des cours d’eau. 

Opter pour une alimentation biologique et locale, c’est donc s’engager dans sa communauté en toute solidarité pour un avenir de qualité. 

Le bio local : une option idéale 

Consommer bio et local, c’est un choix payant sur un plan individuel pour préserver au mieux sa santé, mais également sur un plan collectif pour préserver l’environnement et accroître le bien-être de la communauté. 

C’est également choisir d’éviter aux générations futures des coûts élevés de dépollution tout en contribuant à l’essor de l’économie locale, avec des emplois et des produits à valeur ajoutée. 

De l’utopie à la réalité 

Au Québec, la moitié de la population consomme déjà occasionnellement des aliments bio et 20 % de ces consommateurs le font sur une base quotidienne. 

Ce changement de comportement est donc tout à fait à notre portée. Il s’agit simplement d’augmenter graduellement son volume d’achat de produits bio d’ici, d’en parler à sa famille et à ses amis et de manifester clairement son appui à l’agriculture biologique pour contribuer à un changement écologique important. 

Imaginez… à quoi pourrait ressembler une société axée sur un mode de vie combinant écologie, plaisir et santé ! Transformer l’utopie en réalité, c’est une possibilité.  Et le bio d’ici fait partie de la solution.  

Sources : Médium large, Stéphan Bureau, entrevue avec M. Cyril Dion, 17 juillet 2018 

Cyril Dion, Petit Manuel de Résistance Contemporaine – Il faut agir mais comment ?