Le bio fait des gains dans le cœur des Québécois et Québécoises!

Selon une récente étude de l’Agence Braque et Nielsen, le bio fait partie des trois grandes tendances du marché alimentaire québécois. Il se situe tout de suite après la réduction de l’emballage ou l’utilisation d’emballages recyclés et réutilisables et l’achat local. Et, fait remarquable, les consommateurs se disent prêts à acheter des aliments biologiques pour mieux se nourrir bien qu’ils coûtent plus cher.

Par ailleurs, les milléniaux se distinguent avec un pourcentage de 30 % d’entre eux qui se disent plus susceptibles d’acheter bio, en fonction de leurs valeurs sociales.  

Toutes ces données sont en concordance avec l’observation d’une hausse soutenue des ventes de produits bio au Québec et partout au Canada.  

Les avantages cumulés du bio d’ici

Dans cette mouvance, le bio d’ici offre des avantages cumulés aux consommateurs québécois. En effet, le bio local combine bien les différents aspects liés à la protection de l’environnement et à l’achat de proximité. Il rejoint ainsi les consommateurs d’aujourd’hui avec des valeurs de référence qui leur sont chères. 

L’avantage du bio repose sur le fait que les normes biologiques sont fondées sur la protection de l’environnement et, par conséquent, interdisent l’utilisation des substances nuisibles à l’environnement, comme les engrais chimiques et les pesticides de synthèse. Le bio peut donc offrir plusieurs gains à la société dans ce domaine si important.  

De plus, en matière d’emballage, plusieurs entreprises du secteur biologique québécois innovent déjà pour répondre aux besoins des consommateurs et réduire ainsi leur empreinte environnementale. 

Par ailleurs, consommer des aliments bio permet également de faire de la prévention en matière de santé, à l’heure où on discute beaucoup des problèmes possibles liés à la présence de contaminants, comme les résidus de pesticides de synthèse, dans les aliments.  

Enfin, un autre atout indiscutable est le fait que le bio d’ici permet de soutenir une économie locale avec une plus-value sur les marchés, ce qui est un facteur de prospérité pour les communautés.  

En accord avec les consommateurs

En somme, les valeurs des acteurs du bio d’ici sont alignées sur celles des citoyens et consommateurs qui se dirigent vers une consommation davantage écoresponsable et cherchent à avoir le mode de vie le plus sain possible pour eux-mêmes et leurs enfants. 

Sources: Étude de l’Agence Braque et Nielsen, reportage de Lionel Levac lors de la Journée Marketing Vert du Conseil de la Transformation Alimentaire du Québec, décembre 2019. 

Braque et Nielsen, Virage vert Quelle direction pour l’industrie alimentaire au Québec? Enquête sur les consommateurs québécois face à l’alimentation responsable, novembre 2019.