Du porc bio d’ici, pourquoi ça vaut le coût?

Les consommateurs se demandent souvent pourquoi ils doivent payer plus cher pour des viandes biologiques. Par exemple, quelles seraient les raisons qui justifient le prix plus élevé du porc bio?

Mme Julie Lamontagne, conseillère aux communications chez duBreton, répond ainsi à cette question : « Les producteurs qui font de l’élevage sous régie biologique doivent appliquer des normes alimentaires et de bien-être animal qui génèrent des dépenses supplémentaires, ce qui se traduit nécessairement par des prix plus élevés pour les produits. En contrepartie, les consommateurs ont accès à des produits qui répondent pleinement à leurs valeurs ».

Espace, grand air et confort

Pour respecter les normes bio en production porcine, il faut prévoir deux fois plus d’espace dans les bâtiments qui abritent les animaux. « Par exemple, un bâtiment pouvant loger 1000 porcs dans une production conventionnelle pourra en contenir seulement 500 en régie bio », mentionne Mme Lamontagne.

De plus, les bâtiments doivent comprendre des accès extérieurs et une fenestration suffisante pour laisser entrer la lumière naturelle, ce qui améliore non seulement le confort des animaux, mais également les conditions de travail des éleveurs. « Il faut aménager un espace extérieur répondant aux normes environnementales et fournir, à l’intérieur, un couvert de paille (biologique évidemment!) pour permettre aux cochons de fouir et mâchouiller comme ils le feraient en milieu naturel ». Comme Mme Lamontagne le souligne, « un tel aménagement dans les bâtiments génère aussi des coûts d’opération, d’entretien et de chauffage plus élevés ».

Alimentation bio et soins préventifs

En régie bio, l’alimentation des animaux a aussi ses exigences, car ils doivent être nourris avec de la moulée composée de grains certifiés biologiques garantis sans OGM et sans pesticides, dont les coûts représentent généralement plus du double de ceux qui composent une moulée non bio, soit environ 800 $ au lieu de 330 $/tonne.

De plus, comme la santé des troupeaux ne peut reposer sur l’utilisation d’antibiotiques, les éleveurs doivent agir en prévention plutôt qu’en traitement des maladies.

Des frais pour une certification indépendante

Les consommateurs qui paient pour une plus-value des produits veulent, à juste titre, avoir une garantie fiable. À cet effet, les producteurs et transformateurs doivent payer des frais annuels de certification qui peuvent atteindre plusieurs milliers de dollars, selon la taille de l’entreprise, les volumes de production et la complexité des vérifications.

Mme Lamontagne rappelle que la certification biologique comporte également des exigences d’ordre administratif pour les entreprises. « Les producteurs et nos agronomes doivent consacrer du temps pour assurer une tenue rigoureuse des registres, des preuves de production et de traçabilité des grains, de la moulée et de la paille qui seront vérifiées par un inspecteur, sous la responsabilité d’un organisme de certification indépendant. Ces vérifications deviennent en quelque sorte le sceau de garantie qui donne confiance aux consommateurs et justifie la plus-value accordée aux viandes bio ».

Un investissement pour la santé globale de la planète !

Certes, l’application des normes en production animale biologique engendre des coûts supplémentaires pour les entreprises et par conséquent, pour les consommateurs. Toutefois, en acceptant de payer pour cette plus-value, les consommateurs contribuent à des retombées positives en matière d’environnement, de bien-être animal et de prévention en santé.

Pour toutes ces raisons : « Oui! Le porc bio d’ici, ça vaut le coût ! »