Une première au Québec : du bio d’ici dans un hôpital!

Le Québec a de quoi être fier. Depuis octobre 2018, les enfants hospitalisés au CHU de Sainte-Justine ont droit à des repas comprenant des légumes bio locaux.

C’est un premier pas remarquable pour le Québec, qui s’inscrit ainsi dans les régions du monde d’avant-garde à ce chapitre. En fait, le Québec suit les traces du Danemark, qui a prouvé au monde qu’il était possible d’offrir des repas biologiques dans toutes ses cuisines publiques.

Un mouvement santé important

En visant l’approvisionnement de son hôpital en légumes biologiques québécois, le CHU Sainte-Justine, en collaboration avec Équiterre, a enclenché un mouvement important en faveur du bio d’ici qui, souhaitons-le, fera boule de neige au Québec.

Avec 12 400 produits biologiques, le Québec est maintenant en mesure de fournir une offre importante et variée d’aliments biologiques et de rendre possible ce type de projet à une plus large échelle .

Ainsi, cette initiative peut servir d’exemple et de levier pour inciter d’autres institutions publiques à faire des choix alimentaires sains et responsables pour leur clientèle car, en matière de prévention pour la santé des jeunes comme des plus vieux : «Le bio d’ici, ça vaut le coût!»

Un atout de plus pour de jeunes enfants vulnérables

Plusieurs études font état que nourrissons et jeunes enfants sont plus vulnérables aux produits chimiques, tels les pesticides de synthèse encore utilisés par l’industrie alimentaire. Pour les enfants du CHU de Sainte Justine, malades et en bas âge, une alimentation à base de produits bio de proximité constitue donc un véritable soutien sur le chemin de leur guérison.

On peut donc considérer que la mise en place de ce projet alimentaire écoresponsable constitue une contribution importante aux soins offerts aux enfants malades et à leurs familles ainsi qu’un gain de taille pour toute la société québécoise.

Faire boule de neige

Si la ville de Copenhague, capitale du Danemark, un pays nordique comme le Québec, a pu se doter d’une politique d’achat pour favoriser la conversion à l’alimentation biologique et locale dans toutes ses institutions publiques, on peut penser que cela serait possible de le faire graduellement au Québec.

Quand les différentes instances en cause se donnent la main, tout devient possible. Le MAPAQ, la Fondation du CHU de Sainte-Justine et l’organisme Équiterre nous en ont donné la preuve. Souhaitons donc qu’un projet aussi inspirant puisse faire boule de neige, au bénéfice de toute la société.

Le projet a été rendu possible grâce au soutien financier du ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Pêcheries (MAPAQ) et de la Fondation du CHU de Sainte-Justine.

Source: L’Actualité alimentaire,  L’alimentation bio locale fait son entrée au CHU Sainte-Justine, octobre 2018.

Source: Radio-Canada, Émission L’épicerie, Alimentation bio dans toutes les institutions publiques à Copenhague, novembre 2017