Des aliments transformés santé, ça existe en bio!

Avec un mode de vie de plus en plus actif, les familles québécoises se tournent davantage vers les produits transformés. Dans ce contexte, les aliments transformés biologiques représentent une option des plus intéressantes pour manger santé.

Un indice révélateur : la courte liste d’ingrédients

Avez-vous remarqué que la liste des ingrédients qu’on retrouve sur l’emballage des produits bio transformés est généralement très courte ? Cela s’explique par le fait que chaque produit transformé portant la mention biologique doit contenir 95 % d’ingrédients bio et, qu’en bio, il n’y a pas de place pour des substances modifiées, colorants artificiels ou liants alimentaires.

Donc, rien à voir avec des produits ultratransformés dont la liste d’ingrédients est souvent interminable. Ainsi, en bio, on conserve toute l’authenticité des aliments. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour laquelle ils sont reconnus par les consommateurs comme des produits sains et savoureux.

L’approvisionnement en bio

Tout d’abord, l’entreprise de transformation alimentaire doit s’assurer que tous les produits et ingrédients utilisés proviennent de l’agriculture biologique. À cette fin, elle doit donc demander un certificat de garantie de production biologique des marchandises livrées et vérifier que celui-ci est bien valide.

Maintien de l’intégrité des ingrédients

La réception des produits bio doit se faire dans des contenants fermés, de manière à empêcher toute forme de substitution. Pour plus de sécurité, l’achat de ces produits doit aussi faire l’objet d’un enregistrement sur un document comptable, qui sera vérifié par le certificateur.

En ce qui a trait aux ingrédients biologiques importés, chaque lot doit être accompagné d’un certificat émanant de l’organisme compétent du pays exportateur et doit être visé par le service douanier.

De plus, les activités de transformation doivent être effectuées seulement après un nettoyage du matériel de fabrication, pour éviter qu’il y ait des contacts avec des résidus de produits non biologiques. Ces opérations de lavage doivent, elles aussi, être enregistrées dans un registre à l’intention du certificateur.

Traçabilité du produit

Toutes les mesures doivent être prises pour assurer l’identification et la traçabilité des lots biologiques. Ainsi, les lots de produits biologiques doivent être nettement séparés des autres produits non bio afin d’éviter toute forme de confusion et, pour cela, l’entreprise doit identifier clairement l’espace qui est réservé aux produits biologiques.

Enfin, l’entreprise de transformation a la responsabilité de s’assurer que seuls les produits contenant 95 % et plus d’ingrédients biologiques portent la mention « biologique » sur l’étiquette. Elle doit aussi vérifier que la mention « certifié par » suivie du nom de l’organisme de certification est bien indiquée sur l’emballage ou l’étiquette du produit transformé biologique.

Frais ou transformés, les aliments bio, ça vaut le coût!

Source: QuébecBio, mai 2019