Le bio local : une option idéale !

Pour minimiser le risque de contamination par des résidus de pesticides de synthèse sur les fruits et légumes, acheter bio local représente une option idéale.

Une sonnette d’alarme

En avril 2018, une étude américaine du groupe environnemental EWG nous confirmait la présence de résidus de pesticides de synthèse sur plusieurs fruits et légumes conventionnels des États-Unis.

Les résultats de l’étude américaine, que vous pourrez retrouver de façon plus détaillée dans  l’article et les vidéos cités en source, viennent renforcer l’importance d’appliquer le principe de précaution dans nos choix alimentaires de fruits et légumes, au Québec comme ailleurs.

Voici donc le top 5 des fruits et légumes à consommer de préférence en bio:

  • les fraises
  • les épinards
  • les nectarines
  • les pommes
  • les raisins.

Le principe de précaution

L’interdiction d’utiliser des engrais et des pesticides chimiques de synthèse découle directement de l’application du principe universel de précaution qui nous dit: Mieux vaut prévenir que guérir!

Au fil du temps, le principe de précaution s’est révélé une source d’innovation importante dans la recherche de solutions durables pour la santé de l’environnement et des individus. 

Un doute raisonnable

S’il est difficile de mesurer avec précision l’ensemble des effets de l’utilisation des pesticides chimiques de synthèse et autres substances du même type sur la santé des sols, de l’environnement et des individus, on peut toutefois avoir un «doute raisonnable» sur  l’incidence négative de la présence de ce type de contaminants dans l’environnement et dans les aliments.

À cela s’ajoute le fait qu’on ne connaît pas encore les répercussions possibles des combinaisons de plusieurs pesticides ou contaminants dans notre alimentation, ce qui milite d’autant plus en faveur du principe de précaution. Ainsi, tant que les conséquences de l’utilisation de tel ou tel produit sur l’environnement et la santé ne sont pas encore connues, on ne devrait simplement pas en permettre l’utilisation, sauf en cas de force majeure.

Se prémunir

Selon M. Jean-Yves Dionne, communicateur, pharmacien et coach en santé, interviewé sur le réseau de télévision LCN au sujet des résultats de l’étude américaine, les consommateurs québécois devraient se tourner vers le bio d’ici et les produits locaux.

Il considère que c’est la meilleure façon de se prémunir au regard de la présence de résidus de pesticides dans les aliments.

Découvrez les bienfaits des fruits et légumes bio

Oui, le bio d’ici, ça vaut le coût!

Source : Marie-Ève Dumont, Journal de Montréal, 11 avril 2018, Résidus de pesticides : quels sont les 20 fruits et légumes les plus contaminés?

Source : TVA Nouvelles, entrevue avec Mme Maryse Bouchard et entrevue avec M. Jean-Yves Dionne