Du bio d’ici sur les tablettes des magasins  !

De 2010 à 2017, le nombre de produits biologiques québécois a plus que doublé, passant de 4 000 à 8 900, ce qui représente une augmentation des plus remarquables. Pas étonnant alors que nous puissions les retrouver plus facilement sur les tablettes des magasins, même celles des supermarchés  !

Ainsi, chez IGA, l’offre locale de produits biologiques s’agrandit d’année en année. À titre d’exemple, l’approvisionnement local dans la catégorie des fruits et légumes bio faisait un bond de 72 % au cours de la dernière année. Que ce soit dans les rayons des fruits et légumes, ceux de la boucherie, des produits laitiers ou des produits secs, les aliments bio d’ici ont la cote.

Le plaisir de mieux manger…

Un sondage mené en 2017 pour la Filière biologique du Québec révèle que 72 % des consommateurs de produits bio considèrent maintenant le « goût » comme l’un des principaux facteurs influençant leurs décisions d’achats. Eh oui, les aliments bio sont désormais reconnus pour leur goût savoureux et distinctif, en plus de contribuer à la prévention en santé et à la préservation de l’environnement.

Miser sur des produits biologiques d’ici serait donc une excellente façon d’allier plaisir et santé, tout en encourageant un modèle d’agriculture et d’élevage qui répond aux valeurs et aux préoccupations d’une société responsable.

Pour la santé de la planète

Le mode de production biologique contribue à préserver la santé des écosystèmes naturels en variant les espèces utilisées et en évitant d’utiliser des produits qui ont des effets néfastes pour l’environnement. Ainsi, pour obtenir et garder la certification biologique, les producteurs et transformateurs doivent, entre autres, respecter les critères suivants :

  • favoriser la rotation des cultures pour assurer la biodiversité ;
  • éviter d’utiliser des pesticides et des herbicides de synthèse ;
  • sélectionner des variétés de plantes plus résistantes aux maladies et aux insectes ;
  • aménager des zones enherbées ou boisées qui favorisent la présence d’ennemis naturels aux insectes ravageurs ;
  • éviter d’utiliser des antibiotiques de prévention et des hormones de croissance ;
  • éviter d’utiliser des agents de conservation et des colorants synthétiques dans les produits transformés.

Vous l’aurez compris, le bio opte plutôt pour une interaction entre les divers organismes vivants et des pratiques agricoles qui favorisent la vitalité des sols et la qualité de l’eau.

Les détaillants font leur part  !

De plus en plus, les détaillants s’approprient l’enjeu environnemental en s’engageant dans des actions concrètes. Récemment, le supermarché IGA de l’arrondissement de Saint-Laurent à Montréal a même construit un toit vert qui est devenu le plus grand potager biologique sur le toit d’un magasin à grande surface au Canada. Pour la pollinisation des plantes, huit ruches d’abeilles ont également été installées. De quoi émerveiller et inspirer les autres entreprises qui auraient le goût d’une telle initiative.

Pour encourager les gestes écologiques des détaillants et des consommateurs, les marchands IGA ont également créé, il y a 10 ans, le Fonds Éco IGA. Ce fonds vise la protection, la conservation et la valorisation de l’environnement de façon durable. À titre d’exemple, chaque année, des composteurs et des récupérateurs d’eau de pluie sont offerts à la clientèle à prix réduit.

Un coup de pouce aux entreprises d’ici

Choisir le bio d’ici, c’est aussi donner un coup de pouce aux producteurs et aux transformateurs de chez nous. Ajouter un produit biologique d’ici à son panier d’épicerie, c’est non seulement choisir d’encourager les entreprises québécoises, mais c’est aussi contribuer activement à l’économie locale.

Encore là, les détaillants d’IGA se distinguent. Ils démontrent qu’ils ont à cœur de participer à la vitalité économique de leur communauté en faisant la promotion des produits locaux et en incitant leur clientèle à cuisiner davantage, à découvrir de nouvelles saveurs et à manger plus sainement.

Pour madame Geneviève Dugré, directrice-exploitation de détail chez IGA, « élargir l’offre de produits bio s’inscrit au cœur de la mission de la bannière, soit celle d’aider les Québécois à mieux manger ». La structure d’IGA, basée sur un vaste réseau de marchands indépendants, offre la possibilité aux petits producteurs locaux de faire affaire avec une seule épicerie et de créer ainsi des liens privilégiés avec les consommateurs. Ce type de collaboration directe rend les aliments bio d’ici encore plus accessibles et permet aux consommateurs de découvrir des spécialités biologiques à saveur bien québécoise.

Le saviez-vous ?

Le bio d’ici regroupe les producteurs, les transformateurs et les détaillants d’aliments biologiques cultivés ou préparés au Québec. Participer à la campagne Le bio d’ici, ça vaut le coût !, c’est faire partie d’un large mouvement en faveur d’une plus grande consommation de produits bio bien de chez nous.

Source : La Presse+