ACTUALITÉS

Le bio d’ici n’a pas peur des hauteurs!

Saviez-vous qu’un supermarché pouvait s’approvisionner en fruits et légumes bio directement sur son toit ?

Les propriétaires du magasin IGA extra de l’arrondissement Saint-Laurent à Montréal nous prouvent que cela est possible. Aucun défi n’étant insurmontable pour la famille Duchemin, ils ont mené à terme un projet innovateur et ambitieux, qui a donné lieu au plus grand potager biologique sur un toit de supermarché au Canada.

Avec une surface de 25 000 pieds carrés et la présence de huit ruches d’abeilles, c’est un modèle du genre qui pourra sûrement servir d’inspiration pour d’autres entreprises. Encore une fois, le Québec peut être fier, car ce toit vert et écologique est unique au Canada. C’est un projet exceptionnel qui démontre bien la capacité d’innovation d’entrepreneurs à l’écoute des besoins de leur clientèle et en cohérence avec les valeurs de leur communauté.

Pourquoi aller chercher ailleurs ce qui peut pousser à proximité ? Le magasin d’alimentation pourra offrir une trentaine de variétés de fruits et légumes certifiés biologiques, cultivés en hauteur et remplis de saveur.

Richard Duchemin explique que, non seulement ce projet leur donne l’occasion de « cultiver leur passion pour la nourriture, mais également de le faire dans le plus grand souci de l’environnement. »

Pour mieux comprendre l’ampleur de ce beau projet, prenez le temps de visionner cette vidéo qui vous ravira et vous surprendra.

Source : IGA, juillet 2017, IGA présente le plus grand potager bio sur un toit de supermarché au pays

 

 

Le bio d’ici vous offre des garanties!

Bien des consommateurs aimeraient connaître davantage le processus encadrant la certification des produits bio québécois. Pour faire le tour du sujet, le journaliste Lionel Levac a mené une entrevue  avec Mme Pascale Tremblay, PDG du Conseil des appellations réservées et des termes valorisants (CARTV).

Prenez le temps d’écouter cette entrevue fort intéressante pour avoir l’heure juste sur une question centrale dans la décision d’achat des consommateurs.

Cliquez simplement sur le titre ci-dessous.

Source : Lionel Levac, Agro Québec, 10 juillet 2017, La certification bio, c’est du sérieux…

 

 

 

 

Le bio d’ici, un mode de vie!

De mode passagère à mode de vie bien ancré dans notre réalité, le bio d’ici a réussi son pari. Depuis plusieurs années, les nombreux bienfaits du bio ont été démontrés et on tend de plus en plus à faire de l’alimentation biologique un choix de société.

Des valeurs sociétales

Le bio d’ici, c’est le résultat du travail de producteurs passionnés, de transformateurs innovateurs et de distributeurs attentionnés qui s’appuient sur des valeurs partagées par les consommateurs pour répondre à leurs besoins en produits bio.LIRE LA SUITE

restaurant-bio

Du soutien pour la restauration collective bio française

En France, la restauration collective bio bénéficie d’un soutien gouvernemental. Selon un bilan déposé en 2017,  57 % des établissements publics du secteur scolaire, du secteur du travail et du secteur de la santé et du social auraient offert des aliments bio à leurs diverses clientèles. Toutefois, même si ces données semblent bien intéressantes, les aliments bio ne représenteraient encore que 3 % du total des achats alimentaires dans ces établissements.

Le programme Ambition bio 2017, présenté fin mai 2013 par le gouvernement français, a sûrement contribué à l’atteinte de ces résultats. L’objectif de ce programme était de doubler la part de surfaces en bio pour la fin de l’année 2017 et de développer la consommation des produits bio. Il reste du travail à faire pour atteindre cet objectif « ambitieux », mais il semble que la volonté politique soit là, selon une annonce faite pendant la campagne présidentielle d’Emmanuel Macron.LIRE LA SUITE

Amazon et Whole Foods

Amazon achète Whole Foods pour 13,7 milliards $. Doit-on penser au bio en ligne?

Amazon, un des sites transactionnels parmi les plus importants au monde, investit une somme considérable dans l’acquisition de la chaîne Whole Foods, une firme déjà reconnue dans la vente au détail de produits biologiques aux États-Unis, en Europe et au Canada. Une si grosse transaction entre un géant de la vente en ligne et un géant de l’alimentation bio a de quoi faire réfléchir.

Premièrement, pour ceux qui en doutaient encore, cette transaction donne un signal « clair » de l’intérêt croissant des intervenants de la vente au détail pour les aliments biologiques. Ces gens d’affaires l’ont compris, on assiste bel et bien à un mouvement de société vers une alimentation plus saine. Selon Jeff Bezoz, le patron d’Amazon, « des millions de personnes aiment Whole Foods Market parce qu’ils proposent la meilleure nourriture naturelle et bio et qu’ils font de la saine nutrition quelque chose de divertissant ».LIRE LA SUITE

environnement

Pas de pollution liée aux pesticides avec l’agriculture bio!

Les Suisses l’ont bien compris : les pesticides causent des dommages importants à l’environnement et nuisent à la qualité des aliments ! Un sondage réalisé dans ce pays indique une prise de conscience grandissante envers les problèmes causés par les pesticides à la fois sur l’environnement, notre bien commun le plus précieux sur le plan collectif et, par ricochet, sur la santé des individus. Ce sondage a de quoi réjouir la communauté bio suisse, puisqu’il démontre un penchant favorable vers l’agriculture biologique comme solution au problème des pesticides dans l’environnement.LIRE LA SUITE

Magasin

Manger du bio d’ici, est-ce que ça vaut vraiment le coup?

Plusieurs personnes se posent encore cette question : « Est-ce que ça vaut vraiment le coup de manger bio? Est-ce que faire l’effort financier supplémentaire pour accéder à une alimentation bio d’ici, ça vaut vraiment le coût? »

La plus-value environnementale comprise dans le coût des aliments bio est certes la plus reconnue à l’échelle internationale. En utilisant des bonnes pratiques culturales et des façons de faire qui assurent le respect et la protection de l’environnement, les artisans du biologique évitent de refiler aux générations futures des coûts importants liés à la dégradation de l’environnement.

La plus-value liée à la santé prend également de plus en plus d’importance. Pas d’utilisation d’engrais chimiques, de pesticides, d’hormones de croissance, d’OGM et d’agents de conservation pour diminuer radicalement l’exposition à différentes sources de contaminants! LIRE LA SUITE

Bien manger

Les aliments bio d’ici : à votre portée!

Faire le choix de s’alimenter avec des produits frais, bio et locaux peut s’inscrire comme une priorité santé, même avec un budget limité.  Il s’agit de bien s’organiser en mettant sa créativité à profit.

C’est prouvé, c’est possible de consommer des aliments bio d’ici, si on le désire, tout en tenant compte de ses moyens financiers. Cela exige toutefois de bien s’informer, de cuisiner davantage, de faire des achats regroupés (comme avec les paniers bio), de consommer davantage de produits « de saison », de conserver tout ce qui peut l’être, de profiter des rabais et d’éviter le gaspillage des aliments.LIRE LA SUITE

maman fillette lait bio

Les produits laitiers bio d’ici, ça vaut le coût!

Les produits laitiers biologiques ont de plus en plus la faveur des Québécois. Avec un taux de croissance de 10 % de la demande par année, on peut dire, sans risque de se tromper, que le lait, le yogourt et le fromage bio ont la cote au Québec.

La variété, la qualité et le bon goût des produits laitiers bio d’ici contribuent sûrement à cet engouement. Ainsi, la reconnaissance de nos fromages biologiques à l’échelle canadienne et internationale par l’obtention de prix prestigieux leur a donné la notoriété nécessaire pour percer les marchés. De plus en plus, les fromages québécois se taillent une place de choix dans le cœur des consommateurs. Par ailleurs, on observe une popularité grandissante du lait biologique du Québec et de ses produits dérivés, qui se retrouvent plus régulièrement dans le panier d’épicerie des Québécois.LIRE LA SUITE

Passez au bio d’ici, pour la santé de vos enfants!

Pour la santé de leurs enfants, les jeunes parents sont prêts à passer aux aliments bio et locaux.  On le sait, l’arrivée d’un premier bébé change les habitudes de vie et cela vaut aussi sur le plan de l’alimentation.

Autant en France qu’au Québec, des sondages démontrent que la venue d’un premier enfant donne la motivation nécessaire aux parents pour passer à l’action. L’article du magazine français Féminin bio nous indique d’ailleurs que le déclic vers le bio  se fait souvent pendant la grossesse, les mamans souhaitant le meilleur pour leur enfant.LIRE LA SUITE