ACTUALITÉS

Rehaussez votre menu avec du bio d’ici

« Viens voir, Marie. Je crois que tu vas trouver ton bonheur ici. Cette carte est vraiment sympa. Il y a même des plats bio ! » En entendant ce mot magique, Marie se précipite vers son conjoint et dévore le menu des yeux. « Génial, ils ont du pain à base de farine bio, mais aussi des plats avec des aliments biologiques ! », s’exclame la jeune femme. C’est décidé, le couple a trouvé son restaurant pour leur souper d’amoureux. 

Le bio d’ici, ça vaut le coup dans tous les domaines de l’alimentation. Annoncer des produits bio locaux sur leur carte, c’est incontestablement un plus pour les restaurateurs et les traiteurs. L’utilisation d’aliments issus d’une agriculture biologique constitue un attrait indéniable pour la clientèle de ces établissements qui ont, aujourd’hui, différentes façons de s’approvisionner à proximité.LIRE LA SUITE

Choisir mieux change le monde

Virage bio

Il y a déjà une vingtaine d’années, duBreton a fait un choix important, dicté par la demande croissante des consommateurs et le goût de revenir à une agriculture plus traditionnelle et plus humaine. Se tourner vers l’agriculture biologique répondait aux valeurs des dirigeants de l’entreprise qui avaient à cœur la protection de l’environnement et le bien-être animal.

Cependant, le virage vers l’agriculture biologique exige beaucoup de détermination et de persévérance. Pour revoir des façons de faire parfois bien ancrées et entreprendre des changements de culture organisationnelle, il faut souvent faire des investissements importants, tant sur le plan des ressources humaines que sur celui des infrastructures à mettre en place.LIRE LA SUITE

Tout sur le québec bio  !

Diminution de l’empreinte environnementale, saine alimentation, contribution à l’économie locale… Les avantages du bio d’ici attirent de plus en plus de Québécois. Mais ces derniers ont soif d’approfondir leurs connaissances dans le domaine. Pourquoi paie-t-on plus cher ? Quelles sont les normes bio ? Où trouver des infos sur les produits d’ici ?

LIRE LA SUITE

Le bio local en vedette à Copenhague

Alors que la plupart des sociétés nord-américaines peinent encore à donner au bio local une place prépondérante dans leurs politiques d’achat publiques, la ville de Copenhague a réussi l’exploit d’offrir des repas à 90 % biologiques dans les cuisines publiques, et ce en moins de 10 ans.

L’équipe de l’émission L’Épicerie a pris le temps de se rendre sur place pour faire un vrai reportage sur un choix de société responsable, basé sur une vision santé, environnementale et écologique, toujours à saveur locale. Ce reportage démontre que oui, c’est possible de progresser vers une alimentation bioresponsable, en autant qu’il y ait une véritable concertation des acteurs des différents secteurs visés et une volonté ferme des élus de mettre en place des actions concrètes, sur un horizon prolongé.

LIRE LA SUITE

Des épiceries de quartier misent sur la santé

Près de 90 % des consommateurs québécois d’aliments bio font ce choix pour leur santé. Il n’est donc pas étonnant qu’ils se tournent vers les épiceries qui leur offrent la meilleure sélection de produits bio, surtout lorsqu’elles se trouvent dans leur quartier.

Bio par conviction

En 2011, 18 % des consommateurs disaient être influencés par leur entourage immédiat dans leurs décisions d’achat d’aliments bio. En 2017, ce pourcentage atteignait 62 %.

LIRE LA SUITE

Un meilleur monde dans chaque bouchée!

Le choix visionnaire du bio

L’histoire de la fromagerie L’Ancêtre débute au milieu des années 80, alors qu’une dizaine de producteurs laitiers de la région de Bécancour décident de changer leur méthode de production conventionnelle pour se tourner vers une production laitière biologique.

C’est en 1992 qu’ils obtiennent la certification biologique de leurs produits et fondent la Fromagerie L’Ancêtre. Depuis 25 ans maintenant, L’Ancêtre produit avec passion une impressionnante variété de beurres et de fromages biologiques de qualité supérieure, à partir d’un lait 100 % bio. En optant pour le bio, l’entreprise faisait le choix de faire partie du mouvement en faveur du développement durable et de l’environnement, de veiller au bien-être des animaux d’élevage et d’offrir des aliments biologiques que l’on prend plaisir à déguster en toutes occasions.

Les fromages qui se distinguent

LIRE LA SUITE

Viandes biologiques : une certification de confiance

Comment être bien avec le contenu de notre assiette en 2017 ? Comment s’assurer de l’authenticité des aliments et de l’intégrité de normes de production répondant à nos valeurs ? Dans un univers où l’on assiste à la multiplication des allégations sur les aliments, la mention « biologique » apposée sur les produits nous rassure, car elle nous offre un ensemble de garanties sur les aliments que nous consommons.

Le bio : une certification fiable

L’appellation « biologique » est protégée au Québec. L’utilisation du mot biologique sur un produit est réglementée et contrôlée par un organisme indépendant. Elle demeure une valeur sûre sur les marchés, car la traçabilité est assurée de la ferme à l’assiette. La crédibilité de l’appellation est en effet basée sur l’application rigoureuse d’un cahier de normes qui encadre les pratiques agricoles permises et les substances qui peuvent être utilisées en bio.LIRE LA SUITE

Du bio d’ici sur les tablettes des magasins  !

De 2010 à 2017, le nombre de produits biologiques québécois a plus que doublé, passant de 4 000 à 8 900, ce qui représente une augmentation des plus remarquables. Pas étonnant alors que nous puissions les retrouver plus facilement sur les tablettes des magasins, même celles des supermarchés  !

Ainsi, chez IGA, l’offre locale de produits biologiques s’agrandit d’année en année. À titre d’exemple, l’approvisionnement local dans la catégorie des fruits et légumes bio faisait un bond de 72 % au cours de la dernière année. Que ce soit dans les rayons des fruits et légumes, ceux de la boucherie, des produits laitiers ou des produits secs, les aliments bio d’ici ont la cote.LIRE LA SUITE

Patientes canneberges

En plein cœur de notre belle province, des millions de petites baies se prélassent au soleil et poussent lentement au fil de l’été. Le fruit de ce long rituel nous fait cadeau des plus délicieuses canneberges.

L’éloge de la lenteur

Le territoire nordique et les sols acides et sablonneux de Notre-Dame-de-Lourdes sont inappropriés pour cultiver plusieurs types de plantes et d’arbres fruitiers. Mais, comme par magie, la canneberge y pousse allègrement. Il suffit de s’adapter à son rythme et de laisser le temps à la nature de bien faire les choses. Elle est d’ailleurs plutôt douée pour y parvenir  ! Résultat : des canneberges plus charnues et d’autant plus délicieuses au goût. De l’importance de les laisser pousser tout doucement.LIRE LA SUITE

Des bleuets sauvages bio d’ici à l’année!

Petit fruit fort populaire auprès des consommateurs, le bleuet sauvage biologique québécois est apprécié tant pour son goût typique que pour ses nombreuses propriétés nutritionnelles. Mais saviez-vous que c’était aussi un produit rare aux propriétés santé recherchées?

La bonne nouvelle, c’est qu’il sera désormais possible d’en consommer à l’année sous forme de fruits séchés moelleux biologiques bien de chez nous, sous la marque Patience Fruit & Co.

Un produit d’exception

Comme le thé blanc de l’Hymalaya, le bleuet sauvage québécois ne peut pousser que sur un territoire offrant des conditions climatiques idéales et des sols adaptés à la production naturelle de ce type de bleuets. En fait, ce petit fruit est une espèce de transition dans les écosystèmes forestiers de conifères. Au Québec, c’est surtout la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean qui présente les conditions propices à la prolifération du bleuet sauvage.LIRE LA SUITE