Les abeilles, les oiseaux et les poissons remercient le bio!

Les abeilles, les oiseaux et les poissons remercient le bio!

Un groupe de travail de scientifiques de l’Union internationale pour la conservation de la nature a publié récemment un rapport qui conclut que les pesticides de la famille des néonicotinoïdes, appelés aussi neonics, présentent une sérieuse menace pour plusieurs espèces vivantes. Cette nouvelle a été prise très au sérieux et plusieurs médias y ont fait écho. Or, en production biologique, le cahier des normes interdit notamment d’utiliser des pesticides de synthèse systémiques, comme les neonics, qui ont la caractéristique de pouvoir circuler dans la plante.

Selon ce rapport, les neonics causent la mort non seulement des abeilles mais aussi d’autres insectes terrestres et aquatiques qui sont à la base de notre chaîne alimentaire. Comme ces produits néfastes contaminent l’eau, l’air et le sol et y demeurent présents durant des mois, toutes les espèces vivantes seraient maintenant exposées. D’ailleurs, des neonics auraient été détectés à grande échelle dans l’environnement, partout dans le monde. Dans un article paru le 19 septembre 2017, le quotidien Le Devoir mentionne que le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques aurait même indiqué leur présence dans 100 % des échantillons prélevés en 2015 et 2016 dans les rivières des zones agricoles du Québec.

Mais que sont au juste ces neonics si néfastes pour l’environnement? Ce sont des pesticides à base de nicotine utilisés couramment en agriculture pour éradiquer  certains insectes comme des papillons (larves), des mouches (larves), des coléoptères (larves et adultes), des pucerons, des tétranyques, des limaces et des punaises, autant dans les champs de grandes cultures que dans les vergers.

La première sonnette d’alarme a été tirée par les apiculteurs qui rapportent des morts massives d’abeilles, nos sentinelles de l’environnement. Les scientifiques identifient les neonics comme les principaux responsables de cette situation, les abeilles s’alimentant  du pollen et s’abreuvant de l’eau contaminée par ces pesticides. Les bourdons, les abeilles sauvages et les coccinelles seraient aussi en danger, et, fait nouveau, les poissons et les oiseaux seraient également exposés.

En production bio, les agriculteurs doivent intervenir de façon différente, étant donné l’interdiction d’utiliser des pesticides chimiques de synthèse pour contrôler les insectes nuisibles aux cultures. Par exemple, pour faire la lutte à ces insectes, les agriculteurs misent sur la prévention en sélectionnant des variétés de plantes plus résistantes, en pratiquant la rotation des cultures pour limiter la propagation des insectes, en aménageant des zones enherbées ou boisées qui favorisent la présence d’ennemis naturels de ces ravageurs et en effectuant certains travaux mécaniques du sol.

Lorsque des prédateurs ou des parasitoïdes sont disponibles, les agriculteurs peuvent les utiliser pour lutter contre certains insectes ravageurs. Et, si nécessaire, ils ont également la possibilité de recourir à des produits naturels, à base de plantes ou d’extraits de plantes, de micro-organismes ou de substances produites par des micro-organismes qui se dégradent rapidement dans l’environnement et laissent donc peu de résidus dans la nature et dans les aliments.

À ce stade du problème important provoqué par les neonics, l’agriculture biologique offre donc des solutions de rechange pour mettre un frein à leur utilisation. Quant aux consommateurs qui veulent utiliser le principe de précaution en santé, la consommation d’aliments biologiques représente pour eux un choix responsable, en attendant qu’une réglementation sévère vienne corriger une situation déplorable. Ainsi ils contribueront, à leur façon, à dire non à l’utilisation des néonicotinoïdes.

Sources :

La Presse, 19 septembre 2017, Les pesticides seraient mortels pour les abeilles, les oiseaux et les poissons

Le Devoir, 19 septembre 2017, Les pesticides « néonics » menacent les fondations de la biodiversité

Le Devoir, 19 septembre 2017, Néonicotinoïdes : un combat politique

Radio-Canada, 19 septembre 2017, Les néonicotinoïdes menacent aussi la vie aquatique, selon des chercheurs

Pas de commentaires

Poster un commentaire